Lettre d’un Poilu décrivant à sa femme l’enfer d’un combat de la bataille de Verdun

Le 31 août 1916, Albert LEMORE de Saint-Rimay (Loir-et-Cher) fait à son épouse “Fanie” un récit détaillé d’un combat de la bataille de Verdun auquel il vient de participer :

“Ma Chère Fanie, je vais te raconter nos misères et je profite d’un moment où nous sommes un peu tranquilles. Nous sommes donc partis d’Haudainville le 25 au soir et arrivés avec beaucoup de peines vers deux heures du matin le 26 à notre emplacement. En arrivant nous n’avions pour tout que des trous d’obus pour nous cacher. J’ai oublié de te dire que nous sommes un peu à droite de Fleury et dans un bois où il ne reste que les ruines en l’air en face le Fort de Vaux. Je crois que l’endroit s’appelle Vaux Chapitre. Je te disais donc que nous n’avions que des trous d’obus pour nous abriter, nous nous sommes donc mis à travailler pour nous creuser quelques abris. Nous étions tout le régiment, c’est-à-dire trois bataillons, le mien c’est le 5ème, le bombardement a commencé vers neuf heures et là il a fallu nous cacher dans nos trous car comme je t’avais dit nous savions que l’on nous faisait attaquer ce qui était loin de nous plaire et quand nos artilleurs ont commencé à tirer les boches n’ont pas été paresseux ils avaient de quoi répondre Jusqu’à cinq heures du soir notre artillerie n’a cessé de tonner c’était là l’heure de l’attaque. Deux compagnies par bataillon devaient attaquer et la troisième de soutien. C’était chez nous la 17 et 18 et nous nous étions en arrière mais pas de beaucoup 50 à soixante mètres. A l’heure de sortir, c’est-à-dire dès que les boches ont aperçu les premiers hommes français ils ont redoublé de croissance leurs bombardements, les fusils et mitrailleuses se sont mis en marche et les quelques courageux qui étaient montés les premiers sont tombés de suite les autres plus prudents ne sont pas sortis l’attaque a donc échoué complètement.  On devait nous faire remettre ça le lendemain à la 19ème mais là pas un n’aurait sorti de son trou, mais comme les pertes étaient déjà très élevées et en plus que toute la nuit nous avions souffert du bombardement et de la pluie qui tombait à flots il y a heureusement eu contre ordre, mais le 28 ça été le tour aux boches après nous avoir bombardés violemment ils ont essayé une première attaque vers huit heures et une seconde une heure plus tard eux aussi sont tombés sur un manche et n’ont pu sortir. Le lendemain soir 29 nous avons encore cru à une attaque ennemie mais elle n’a pas eu lieu. Ce matin à huit heures ils ont recommencé mais là encore ça s’est terminé en peu de temps et ni nous ni eux ne pouvons avancer sous un pareil feu, c’est atroce et honteux de voir de pareilles choses.

Comme pertes nous n’avons pas beaucoup de tués mais encore que trop, quant aux blessés ils sont nombreux et tant mieux pour celui qui a la bonne blessure. Ce qui est le plus à déplorer c’est que beaucoup sont tués ou blessés par nos canons de 75 ce matin encore à la compagnie il y a un tué et cinq blessés par notre artillerie.

C’est cela qui nous décourage le plus de voir des camarades tomber par nous. Je ne te donnerai pas grands détails sur les camarades du pays mais je crois qu’ils sont en bonne santé. J’ai eu des nouvelles d’Edmond DOLBEAU le lendemain de l’attaque qu’il n’avait rien. Son caporal GRENET de Saint-Martin doit être blessé. Je n’ai pas de nouvelles de RENIER ni de Louis FURET mais je crois qu’ils n’ont rien et quoi que nous avons peut-être encore plusieurs jours à faire dans ce mauvais coin j’espère m’en tirer sain et sauf … Enfin, depuis six jours ma pauvre femme il y a le tiers d’hommes blessés dans le régiment. Au revoir et à demain. Je t’embrasse de tout cœur ainsi que toute la famille.

Albert LEMORE était né le 18 juin 1877 à Saint-Rimay, fils de René et Marie ROUSSELET. Exerçant la profession de vigneron, il habitait au lieu-dit Villebazin à Saint-Rimay. Ayant épousé Noémie HUBERT, nommée Fanie dans sa lettre,  il avait deux enfants  : René né en 1906 et Albert né en 1910. Il avait été incorporé le 3 août 1914 au 86ème régiment d’infanterie territoriale.

Il fut tué à l’ennemi le 15 août 1918 à Vic-sur-Aisne.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn