Préserver le patrimoine archéologique, historique et culturel de Montoire et ses environs

Pour tous renseignements, contacter :
Françoise DUVAL au 02 54 77 19 15

Les Célébrités Montoiriennes

1. Docteur Daniel COUSIN (1910 – 2003)

Daniel COUSIN est né en novembre 1910 en Mayenne, dans la boulangerie de son grand-père maternel. Après avoir étudié au lycée d’ Évreux, où son père était chef de gare adjoint, il entreprend des études de pharmacie, achevées en 1935. Diplômé de la faculté de pharmacie de Paris, il s’ installe alors dans une petite officine dans le département de l’ Eure.

Mobilisé en 1939 avec le grade de ‘Pharmacien Auxiliaire’, il est affecté dans une réserve avancée de médicaments. C’est à ce poste, non loin du front, qu’ il fait la connaissance de sa future épouse, Suzanne, infirmière de la Croix-Rouge, mobilisée elle aussi. Après des replis successifs, à pied, avec ses infirmiers, il se retrouve à Nantes. Fait prisonnier, il est cependant libéré, très rapidement.

Il se marie en 1941, tout en travaillant comme assistant dans une pharmacie parisienne. Reprenant alors ses études à la Faculté de Paris, trois ans plus tard, en Juin 1944, il soutient une thèse de doctorat, qui lui vaut une mention ‘Très bien’, et les félicitations du jury. De 1945 à 1954, il est pharmacien-associé à Noisy-le-Sec (Seine Saint Denis), ce qui ne l’empêche pas de suivre ses études. Il passe plusieurs certificats de biologie et de bactériologie, l’autorisant à exercer en laboratoire d’analyses médicales.

Daniel COUSIN et son épouse décident alors d’emprunter et achètent une pharmacie à Montoire, le 1er Janvier 1955 (ils ont alors quatre enfants). Dans les semaines qui suivent, Daniel COUSIN crée un laboratoire d’analyses médicales…dans la cuisine de son prédécesseur, monsieur LUSSON. A cette époque, c’ est un cas rarissime à la ‘campagne’. Aux dires des médecins, ce laboratoire ne paraissait pas voué à un grand avenir… En fait, il rayonnera rapidement à près de trente kilomètres à la ronde.

Ce qu’il aimait, c’étaient les prises de sang à domicile, entre 6 et 9 heures du matin, pouvant ainsi côtoyer des hommes et des femmes de toutes origines sociales.

La mort brutale de son préparateur en pharmacie d’une part et le diagnostic d’un cancer posé sur son épouse d’autre part, obligent le docteur COUSIN à faire un choix entre la pharmacie et le laboratoire. Il vend donc la pharmacie à madame BRETHEAU, le 1er Juillet 1968, et emménage au 2 Avenue Gambetta, dans les locaux qu’il a fait construire sur une partie des chais de monsieur Louis RENARD.

En 1974, le décès de son épouse Suzanne COUSIN, le projet de l’ Hospitalet et les très nombreuses démarches qu’il lui faut alors effectuer, l’ incitent à céder son laboratoire à monsieur Hubert BRETHEAU en Octobre 1979, tout en continuant à collaborer avec lui, pendant une dizaine d’années.

En Mars 2003, il décide de rejoindre une maison de retraite. Très affaibli, il fête, le 5 Novembre ses…93ans, en demandant du champagne. Les jours suivants, il fait ses adieux à ses enfants et petits enfants et décède le 10 Novembre 2003.

La vie du docteur COUSIN est jalonnée par quatre activités extra-professionnelles.

  1. Sollicité par monsieur BEAUPETIT (maire de Montoire), pour entrer au conseil municipal, il devient deuxième adjoint en 1971, puis premier adjoint en charge des affaires sociales en 1977, poste dont il démissionnera en 1986, à 73 ans.

  2. En 1961, il participe à la création des donneurs de sang bénévoles. Il en quittera la présidence vingt ans plus tard, tout en restant président d’ honneur ; puis à celle des donneurs d’ organes en 1976.

  3. Il crée également une caisse de Crédit Mutuel. Lorsque monsieur ROGER, président, quittera la région, il prendra la relève pendant plus de quinze années.

  4. Alors que le docteur COUSIN était premier adjoint, un ami de sa famille, tétraplégique à 20 ans, suite à un accident, lui parle du projet de l’ Hospitalet, qui pourrait être conçu et mis au point sur le modèle de l’ hôpital de Garches. La municipalité offre le terrain.

Avec le soutien du Conseil Départemental, l’ Hospitalet est inauguré en 1981. Pendant plus de 10 ans, Daniel COUSIN sera le secrétaire général de l’ association ‘L’ hospitalet’.

On peut ajouter deux longues fidélités à ce bénévolat : le Rotary-Club de Vendôme et la paroisse de Montoire, siégeant au conseil paroissial, entre autres aides ponctuelles, dont la kermesse.

Le jour de ses obsèques, une foule émue, rendait un dernier hommage à celui qui s’était dévoué jusqu’au bout, au service des autres.

Il était donc tout naturel et juste, qu’une rue de Montoire portât son nom. Celle qui longe l’ Hospitalet ne pouvait pas être plus judicieusement choisie. Elle sera inaugurée le 5 Mars 2005.

                                                                                        Gérard FERRAND

Facebook
Twitter
LinkedIn