Visite du Blockhaus et de la base de lancement de fusées V1 à Eperlecques

Pour son 4ème voyage les amis d’Hist’Orius ont pris la route du ‘Grand-Nord’…

…ils ont débuté leur périple par la visite du Mémorial de l’Armistice à Compiègne et de la Clairière de Rethondes,

puis le Musée de Péronne, la Coupole de St-Omer, le Resto’ Snick,  le Blockhaus d’Eperlecques

la cristallerie d’Arques et le Centre Nausicaa de Boulogne-sur-Mer.

 

Éperlecques (62), commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

De Juin 1944 à Mars 1945, “22.384” fusées V1 furent envoyés sur L’Angleterre. “10492” rien que sur Londres.
Mais aussi sur Liège, Anvers et quelques-uns sur Paris après la Libération par les Alliés “11892”.
Beaucoup se sont simplement perdus et sont tombés au hasard “on estime qu’environ 59% atteignirent les zones visées”.
52 passionnés de l’asso’ Hist’Orius ont embarqué le mercredi 2 octobre 2019 pour un séjour de 3 jours
dans le Pas-de-Calais afin de visiter plusieurs sites historiques… 

 

Le Blockhaus et sa base de lancement

Hitler décide de construire une base de lancement de fusées V2

Le 22 décembre 1942 le Général Dornberger fut convoqué, avec le Ministre Speer, à une réunion au Ministère de l’Armement à Berlin pour y recevoir l’ordre d’Hitler de construire dans le Nord de la France un Blockhaus pour l’assemblage et le lancement de fusées V2 pour l’attaque de l’Angleterre.

Cette décision était la conclusion d’un grand nombre de rapports qui avaient été rédigés par Dornberger, Von Braun et les services techniques de Peenemünde sur le développement de la fusée V2.

Une longue discussion avait eu lieu entre les partisans du lancement des fusées à partir de blockhaus fortement protégés ou au contraire, à partir d’unités de tirs, légères et mobiles, faciles à dissimuler dans des forêts.

Le Blockhaus, fortement protégé, fut choisi car le réglage de la fusée avant son départ demandait de nombreux contrôles assez délicats, plus faciles à exécuter à l’abri plutôt que dans la nature. Les techniciens de Peenemünde construiront donc une maquette.

Les mesures prévues pour l’édifice sont les suivantes : 216 m de long x 95 m de large et 33 m de haut

Où construire la base de V2 ?

Un certain nombre de critères importants étaient à satisfaire :

Il fallait une accessibilité relativement facile par voie ferrée et éventuellement par voie fluviale à cause de l’apport considérable de matériaux qu’allait exiger la construction d’un blockhaus de cette taille.

Après avoir examiné un certain nombre d’emplacements, c’est la région d’ Eperlecques qui fut retenue.
En effet, il y avait une voie ferrée double qui réunissait Saint-Omer à Calais, un canal navigable pour des péniches à grand gabarit, une situation dans une forêt à contrepente par rapport à l’Angleterre, une alimentation en électricité très favorable avec des lignes à hautes tensions qui passaient dans ce secteur, et enfin un réseau routier très satisfaisant dans toute la région.

Le groupe Hist’Orius au pied du plus grand blockhaus de France et de la rampe de lancement des fusées  V2.
Le groupe Hist’Orius au pied du plus grand blockhaus de France et de la rampe de lancement des fusées  V1.
le Mémorial de l’Armistice à Compiègne,
la Clairière de Rethondes,
le Musée de Péronne,
la Coupole de St-Omer,
le Resto’ Snick,
la Cristallerie d’Arques
le Centre Nausicaa de Boulogne-sur-Mer.

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
dapibus eleifend vulputate, Aliquam mattis massa pulvinar libero. consectetur